traduire en:

Panmongolism! Bien que le nom de la nature,
Mais nous mélodieuses il…
est(adimir) C(étain)

Un million - vous. Nous - l'obscurité, et l'obscurité, et l'obscurité.
essayer, nous prendre!
que, Scythes - nous! que, Asiatiques - nous, -
Avec les yeux bridés et cupides!

Pour vous - le siècle, pour nous - une heure.
nous, comme des esclaves obéissants,
Tenant un bouclier entre deux races hostiles -
Mongols et en Europe!

siècle, siècle votre ancienne forge forgé
Et noyé avalanche Groma,
Et conte sauvage a été un échec pour vous
Et Lisbonne et Messine!

Vous cherchez des centaines d'années dans l'Est,
Le stockage et la fusion de nos perles,
et vous, railleur, Nous comptions les jours,
Lorsque Instruire évents armes!

Ici - le terme est venu. La difficulté bat des ailes,
Et chaque jour, nos rancunes grandir,
Et le jour viendra - il n'y aura pas trace
De votre Paestums, peut-être!

oh, vieux monde! Jusqu'à ce que vous périrez,
Bien que souffrir votre douce torture,
Stop, sage, Œdipe,
Sphinx avant l'énigme antique!..

Russie - Sphinx. Jubilant et amidons,
Et trempé dans le sang noir,
elle a l'air, regards, vous regarde,
et la haine, et avec amour!..

que, aime, il aime notre sang,
Aucun d'entre vous n'a pas aimé!
avez-vous oublié, il y a l'amour dans le monde,
Et qui brûle, et détruit!

Nous aimons tout - la chaleur des nombres froids,
Le don des visions divines,
Nous avons tous clairement - sens gaulois forte,
Et le sombre génie allemand…

Nous nous souvenons tous - l'enfer des rues parisiennes,
Et des frissons de Venise,
Plantations de citronniers arôme lointain,
Et les tours de fumée de Cologne…

Nous aimons la chair - et le goûter, et la couleur,
et étouffant, odeur de chair mortelle…
Est-ce notre faute, si vos fissures squelette
gRAVES, nos pattes délicates?

nous sommes habitués à, saisir les rênes
Jouer des chevaux fougueux,
Briser le dos lourds,
Et usmiryaty rabыny stroptivыh…

Venez nous! Des horreurs de la guerre
Venez dans les bras de la paix!
Il est trop tard - la vieille épée,
camarades! Nous allons - les frères!

Et s'il n'y a, - On n'a rien à perdre,
Et nous ne sommes pas au-dessus de la trahison!
siècle, siècle - vous serez maudits
endolori, progéniture plus tard!

Nous largement dans les bois et les halliers
Avant l'Europe avenante
étendrai! Nous nous tournons vers vous
Son rouget asiatique!

aller, Aller à l'Oural!
Nous nettoyons la bataille place
machines en acier, où l'intégrale est la respiration,
La Horde sauvage Tatar!

Mais nous nous sommes - maintenant - vous - ne protège pas,
A partir de maintenant, en découdre!!
nous verrons, comme le combat mortel se résume,
Ses yeux bridés!

ne bougera pas, quand un Hun féroce
Dans les poches des cadavres sera rebuté,
brûler la ville, et conduire le bétail dans les églises,
Et la viande des frères blancs frire!..

La dernière fois - venir à vos sens, vieux monde!
Sur la fête fraternelle du travail et de la paix,
La dernière fois - à la fête fraternelle brillante
Barbaric appelle cithare!

30 janvier 1918

La plupart des versets Lire bloc


Tous les poèmes d'Alexandre Blok

commentaires:

  1. В фильме У озера услышал эти стихи и восхищаюсь ими до сих пор, а прошло с того времени много лет. Браво автору!

Laisser un commentaire