traduire en:

sur la colline, près de l'eau, passer, Êtes-vous matures
secret kiosque, où tristes rêves
pensée assis? Au-dessus, un ensemble de acacias:
Il était une fois un autel et les Muses et Graces,1
Et de belles roses d'arbustes, ressort chère.
il n'y a pas de temps, oiseau laiteuse cercle cerise
Le jet de son parfum, şumja, le saule côtier
Parfois plaisanté guimauves et fringant et ludique.
Il n'y a pas de temps pour être mon dernier amour
Nourrissant le cœur, et je me suis inquiété du sang!..
Maintenant, je vais cacher tout: si, le matin, brouillards
De l'amincissement de la lumière du soleil entre un champ.
Tout est maintenant disparu; mais tu me quittais,
souffrance Uteha, salut dans le silence,
A propos de doux, l'âme sainte souvenir!
vous aussi, un havre de paix, ces jours, quand on souffre
Ils ne me connaissent pas, J'ai gardé l'engagement,
Ce qui ne peut pas tuer le terrible rocher,
mon hilarité, tombe déjà,
Et ancêtres épée rouillée avec une harpe mélancolique!

La plupart des versets Lire bloc


Tous les poèmes d'Alexandre Blok

Laisser un commentaire